Les Killrights
Guides avancés > Points de gameplay > Les Killrights
Dernière révision il y a 46 mois

Les Killrights

Introduction

Les Killrights sont des outils de vengeance, généralement peu efficaces si la cible n’est pas un pirate du dimanche.

Lorsqu’un joueur aggresse (avec succès ou non) illégalement un autre joueur en high-sec ou low-sec, la victime gagne un kill right sur l’agresseur.

Le kill right lui permet, jusqu’à 30 jours après le crime, de rendre l’agresseur suspect pendant 15 minutes. Du moment que celle-ci est visible à l’overview lors du déclenchement.

Privatisons la vengeance...

Toutefois, l’intérêt principal du kill right réside dans le fait que celui-ci peut être « vendu ». Ainsi, contre une somme d’argent fixée par la victime, le killright peut être mis disponible pour votre corporation, pour une entité (personne, corp, alliance) en particulier, ou pour tout le monde.

Il ne reste plus ensuite qu’un joueur éligible croise l’agresseur, et choisisse de payer le montant demandé pour faire passer cette personne en mode suspect pour 15 minutes. Si jamais l’agresseur se fait tuer pendant ce laps de temps, le killmail sera taggé comme étant effectué « au nom de [nom de la victime] », et le kill right disparaîtra. Si l’agresseur ne se fait pas tuer pendant ce laps de temps, le kill right sera de nouveau disponible jusqu’à expiration des 30 jours ou jusqu’à ce que mort s’en suive.

Suivant vos paramètres d’overview, une cible sur laquelle un killright est disponible peut être colorée en turquoise foncé dans l’overview, et avoir un icone de cible blanche sur fond orange à l’overview et au local.

Erreurs fréquentes

En raison de la présence d’une couleur différente, et d’un nom qui évoque vaguement le pvp « Killright available on this character », certains francophones peu attentifs tentent parfois d’engager illégalement de telles personnes. Il est recommandé de garder à l’esprit que la plupart des overview (dont l’overview par défaut et l’overview Ex-F) suivent une règle très simple pour les couleurs : Si ça clignote, vous pouvez tirer, sinon, c’est illégal. Le fond turquoise foncé ne clignotant pas, la présence d’un Killright activable mais dormant ne permet pas d’attaquer. Si le Killright était activé, la cible passerait de toute manière suspect et serait affichée en jaune clignotant.

Lorsque plusieurs killrights sont disponibles pour une même personne, c’est le killright le moins cher qui est consommé en premier. Gardez donc cela à l’esprit si vous mettez un killright sur un pirate très actif.

Quelques points importants à retenir :

  • Le killright est un outil d’arnaque : 1,000,000,000.00 isk n’est pas un million, mais un milliard. Ca n’est pas parce que l’on est dans le feu de l’action que vous devez éviter de compter les zéros en vous disant « c’est probablement un million ». De même, les joueurs aiment bien se promener un high-sec avec un killright très cher, dans un vaisseau apparemment plus cher encore, pour motiver les gens à l’activer.
  • Le killright est inutile sur les outlaw (-5.0 de security status) : Puisque un joueur outlaw est toujours attaquable (CF mon guide sur Crimewatch), alors il n’y aura jamais besoin d’activer son killright.
  • Si le montant du killright est trop bas, le joueur va se suicider dans un shuttle exprès pour le faire passer.
  • Si le montant du killright est trop élevé, personne ne l’activera jamais et vous ne recevrez jamais de l’argent.
  • Si vous ne rendez pas le killright disponible à tous, mais uniquement à une certaine entité, alors vous pouvez vous permettre de mettre un montant plus bas sans risque que le pirate puisse le retirer. En outre, le pirate aura cette pression de ne pas savoir qui est susceptible de déclencher son killright. Toutefois, il y aura aussi moins de chances que l’entité choisie croise la personne avec le killright.
  • En faisant exprès de vous faire tuer par des pirates un-peu-pirates-mais-pas-outlaw, vous pouvez espérer vous faire un peu de revenu passif rien que par la présence de nombreux killrights répartis sur de nombreuses personnes. Ca n’est pas une méthode fiable toutefois.
  • Vous pouvez consulter vos killrights, et les killrights sur vous, dans votre feuille de personnage.